Savoir Faire

cropped-photos-iphone-09-2015-283-1.jpgQu’il est beau, le métier de vigneron. C’est en regardant ces grappes de Chardonnay, dorées par le soleil et gorgées de sucre que l’on réalise la chance que l’on a. Il suffit de voir l’étincelle briller dans les yeux de nos interlocuteurs lorsqu’on prononce le mot “Champagne”, pour en prendre conscience. Bien plus qu’un simple produit de luxe, le Vin de Champagne véhicule des valeurs chères au cœur des Hommes: l’identité de terroir, le travail manuel, le sens du partage et de la fête, la générosité… C’est un vin avec une identité très forte, connu et reconnu dans le monde entier. Quelque soit le pays où vous vous trouvez sur Terre, les habitants connaissent au moins deux mots lorsque vous parlez de la France: Paris et Champagne! Comment ne pas être fier et heureux de participer à ce succès ?

mariage coucou 60 ans nicole 126er communion math (61)

Depuis plus de 50 ans, pas moins de trois générations se sont succédées sur notre domaine, pour cultivez leurs vignes avec passion. Au gré des saisons, notre quotidien est rythmé par les différents travaux que demande la vigne.

 

La taille est bien entendu la tâche la plus ardue, celle qui prend le plus de temps aussi, elle nous occupe dès le début de Novembre jusqu’à la fin Février. Vient ensuite le liage en Mars, puis l’ébourgeonnage début Mai, pour finir en Juin par les différentes étapes du palissage.

 

032 (2)034

Le tout ponctué d’allers et venus plusieurs fois dans l’année, de petits et gros travaux mécaniques ou manuels, qui nous amèneront à nous rendre au moins dix fois dans chaque rang sur une seule saison. Et pour terminer en beauté: les Vendanges!

624647

630IMG_0384688

Généralement début septembre, nos campagnes d’ordinaire si paisibles, deviennent pour quelques jours, le théâtre d’un curieux ballet d’hommes et de machines, où les tracteurs se croisent dans un flot incessant, toujours pressés de rapporter le précieux chargement au plus vite. Dans cette effervescence soudaine, nos vignes résonnent de rires, de cris, de chants, d’engueulades aussi… et on peut y entendre battre le cœur des Hommes.
Celui des vignerons, bien sûr, soucieux de voir s’achever, enfin, l’accomplissement d’une année, car la plupart auront passé un nombre incalculable de jours à soigner la vigne comme on veille un enfant, arpentant plus d’une dizaine de fois, chaque rang, inquiets d’une météo capricieuse qui peut ruiner tous leurs espoirs, par le passage d’un seul orage… Alors, lorsqu’arrive enfin la délivrance, l’excitation est à son comble.
On entent battre aussi celui des vendangeurs, dont les motivations sont multiples: financières, culturelles, sociales et parfois par obligations familiales, car être membre d’une famille de vignerons engendre souvent une collaboration active, (une aide précieuse et toujours la bien venue), où chacun, du plus jeune au plus ancien, par sens du devoir, trouve la place qui lui incombe et en retour, le mérite qui lui revient.
Et puis il y a le cœur de tous les autres, qui mettent une pierre à l’édifice et participent d’une manière ou d’une autre à la réussite de cette belle entreprise.
Mais tous ont en commun le goût de l’effort, le courage et l’endurance. C’est ce qui donne cet esprit , cette âme , cette ambiance aux vendanges. La tâche est pénible, il faut mettre du cœur à l’ouvrage, trouver la force de se lever tous les matins malgré les courbatures, les douleurs et les blessures, mais pour beaucoup, lorsque les mois sont passés, il ne reste que le souvenir d’une belle expérience, où le partage, la bonne humeur et la convivialité sont les maîtres-mots.
Quelle énergie, quel tourbillon en si peu de temps ! Nos vies de viticulteurs tournent autour d’un événement qui ne dure que quelques jours , mais rythme toute une année. On comprend alors un peu mieux, cette tension collective. Une fois la vendange achevée, la vie reprend son cours. Chacun retourne vaquer à ses occupations, on en parle encore quelques jours pour faire le bilan, évoquer les anecdotes puis la boucle est bouclée, on remet le compteur à zéro pour un autre cycle. Dans les parcelles, plus de bruit de sécateurs, de tracteurs, d’enjambeurs, de camions, ou d’effeuilleuses. Seuls quelques oiseaux, chevreuils, lapins ou promeneurs avertis, profiteront des dernières grappes oubliées. Le silence et la brume viendront recouvrir doucement nos paysages et laisser nos vignes s’endormir sagement pour l’hiver et profiter d’un sommeil bien mérité.
Alors enfin, les hommes trouveront le repos, soulagés, fiers du travail accompli et se tourneront déjà vers un nouveau lendemain, une nouvelle saison, une nouvelle vendange…

 

La prochaine fois que vous dégusterez une bouteille de Champagne SEGUIN, nous espérons que vous prendrez le temps d’en ressentir tout l’amour qui le compose .

005

 

Bonne dégustation.